Rechercher dans ce blog

Les nouvelles du front dans toutes les langues

6 déc. 2012

La bataille de Moscou

Premier arrêt sur le front de l'est


Depuis juin 1941, les troupes allemandes avancent de victoires en victoires. La Whermacht a conquis Minks, Smolensk, et au courant de l'été pris une partie de l'Ukraine. 

Hitler avait donné ses ordres pour bloquer économiquement les Russes en juillet 41. Les généraux allemands auraient préféré foncer déjà sur Moscou.

Troupes allemandes lors de l'opération Barbarossa

L'invasion

Le 22 juin 1941, sans préavis, les troupes de l'Armée allemande attaquent sur un large front de 1000 kms (de la Baltique jusqu'aux frontières romano-soviétiques).
La guerre pour l'espace vital d'Hitler avait commencé. Les troupes russes furent surprises. Néanmoins, les soviétiques par quelques batailles (Smolensk par exemple), ont ralenti l'effort allemand.

Objectif : Ukraine


Dans le courant de l'été 1941, Hitler décidé d'envoyer ses forces capturer l'Ukraine. En effet, il y voyait un objectif économique pour l'Allemagne, au moment où pour lui, la Russie était sur le point de s’effondrer. Ses généraux n'y voyaient pas d'intérêt. La route pour Moscou à leurs yeux était ouverte.
Le débat entre intérêt économique, politique et militaire fut tranché par Hitler en exigeant la prise de l'Ukraine.



Les Soviétiques organisèrent des contre-attaquent. Par de mauvais choix dictés par Staline, ils perdirent plus de 600 000 (morts, prisonniers et disparus) lors de combats en Ukraine. Kiev fut prise début septembre. 

Après une pause pour réorganiser les forces, Hitler donna l'ordre pour la prise de Moscou courant septembre.

A Moscou ! 

Etat des lieux

Hitler croit encore que la Wehrmacht peut finir la guerre avant l'hiver en prenant Moscou. Le 2 octobre 1941, le Groupe d'armées Centre, sous le commandement de Fedor von Bock, lance son offensive finale vers Moscou : opération Typhon. 

Moscou était la cible militaire et politique la plus importante et sa reddition amènerait l'effondrement rapide de l'Union soviétique. Ainsi, l'Allemagne aurait assez de ressources pour se battre contre les anglo-saxons. 


Forces en présence

Allemands
Les forces déployées incluaient trois armées (2e, 4e et la 9e armées). Trois groupes de blindés les accompagnaient (2e, 3e et 4e). La Luftflotte 2 couvrait les troupes. En tout près d'un million d'hommes, 1 700 chars et 14 000 canons étaient concernés

Il faut contre-balancer ces chiffres par l'épuisement du matériel et des troupes depuis juin. La Luftwaffe a perdu 1 603 appareils et 1 028 sont endommagés. Ainsi, la Luftflotte 2 ne dispose que de 549 avions dont 158 bombardiers moyens et en piqué et 172 chasseurs. C'est peu face à l'immensité du théâtre d'opération.  

 

Soviétiques

Les troupes soviétiques sont organisées en trois fronts. Les troupes sont épuisées et démoralisées par les avancées allemandes. Les forces représentent 1 250 000 hommes, 1 000 chars et 7 600 canons. L'arme aérienne Voïenno-Vozdouchnye Sily (VVS) a subi des pertes absolument colossales, entre 7 500 et 21 200 appareils. Il reste pour défendre Moscou : 936 appareils dont 578 bombardiers. 

Le plan d'attaque

L'attaque se passa en deux mouvements : un premier encerclement autour de la ville de Viazma. Le second est un encerclement permettant la capture du Front de Briansk et de la ville du même nom. 

Carte front est 1941
Le front Est en 1941- source Wikipedia
 

Devant l'avancée des Allemands, les Russes s'organisent. Les femmes de Moscou construisent un fossé anti-char autour de Moscou. Des lignes de défenses sont construites :
  • sur une ligne Rjev-Viazma-Briansk. 
  • une autre, la ligne Mojaïsk, s'étendait de Kalinine à Kalouga. E
  • une troisième ligne entourait Moscou.

Les Allemands furent freinés par les pluies, et la boue. Tout mouvement fut ralenti. L'offensive pris du retard. Puis avec le froid et le gel, elle put repartir. Mais les Soviétiques, sous le commandement de Joukov, organisèrent leurs défenses et future contre-attaque.
Même si les Allemands arrivèrent à 20 kms des faubourgs de Moscou, ils étaient épuisés. Ils n'avaient pas assez de force pour l'offensive finale.

Le  5 décembre, avec des troupes fraiches venues de Sibérie, les Russes attaquèrent. Les Allemands, épuisés, manquant de renforts, retraitèrent jusqu'à un ordre d'Hitler pour empêcher un désastre. Les généraux allemands durent se plier à cet ordre. Ils pensaient raccourcir la ligne de front pour stabiliser celui-ci. Hitler fut plus clairvoyant devant la contre-attaque russe et évita une débâcle par son ordre d'arrêt.

Bilan

 
Le froid, le préjugé raciste d'être supérieur aux Russes,  un manque d'organisation amenèrent le premier coup d'arrêt. 
Les Allemands qui pensaient à une courte campagne, se ravisèrent. La crise de commandement eut des conséquences sur la suite des évènements : Hitler pris le commandement de l'Etat major. La confiance dans ses généraux commença à s'amenuiser. De plus, jusqu'à maintenant, ses décisions l'ont menées de victoires en victoires. Il va avoir un avis sur le plan opérationnel mais aussi sur la tactique.

Depuis 1939, l'Armée allemande avait réussi. Pour une fois, elle fut arrêtée.


sources : Wikipedia 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire